ACTUALITÉS

1234567891011
18 mai 2021
Consultations du public

Cela fait quelques temps que nous n’avons pas donné de nouvelles. Nous avons en effet été bien occupés à répondre aux différentes consultations du public qui a eu lieu au sujet de la période complémentaire de vènerie sous terre.
Au-delà des arguments génériques apportés par différentes associations*, nous nous sommes attachés à apporter une analyse technique et scientifique des données présentées dans ces consultations, souvent mal comprises et interprétées par les préfets et leurs services :-(



Quelques consultations sont encore en cours : https://www.aspas-nature.org/actualites/deterrage-2021-2022-mobilisons-nous-pour-les-blaireaux



* https://www.aspas-nature.org/actualites/deterrage-2021-2022-mobilisons-nous-pour-les-blaireaux
* https://www.consultationspubliques.aves.asso.fr/category/en-cours/blaireau



19 avril 2021
AVIS

Depuis de nombreuses années, il est régulièrement reproché aux chasseurs de ne pas fournir d’éléments scientifiquement recevables pour justifier la pratique de la vènerie sous terre, et particulièrement pour la période complémentaire. La fédération des chasseurs de Gironde s’y essaye cette année en proposant un  document intitulé « Éléments scientifiques et techniques sur la situation du blaireau dans le département de la Gironde ».
La lecture de celui-ci nous laisse quelque peu perplexe quant à la rigueur et pertinence des éléments présentés. Nous proposons donc de commenter quelques points de ce dossier : www.blaireau-et-sauvage.org/docs/2021-04-19avis-dossier-blaireau-gironde.pdf



Le document des chasseurs est présenté dans le cadre de la consultation du public relative au projet d’arrêté fixant une période complémentaire pour la vènerie sous terre du blaireau dans le département de Gironde :
https://www.gironde.gouv.fr/Publications/Publications-legales/Participation-du-public-Loi-du-27-decembre-2012/Venerie-sous-terre-du-blaireau-dans-le-departement-de-la-Gironde

Vous pouvez y participer jusqu’à demain (20 avril) minuit.



D’autres consultations sont en cours. Voir le site de l’ASPAS : https://www.aspas-nature.org/actualites/deterrage-2021-2022-mobilisons-nous-pour-les-blaireaux/



07 avril 2021
SFEPM

Blaireau & Sauvage est désormais adhèrent à la Société Française pour l'Etude et la Protection des Mammifères (SFEPM).
Des collaborations fructueuses en vue autour du blaireau :-)



11 mars 2021
Graphique : sortie des blaireaux de leurs terriers

Pour compléter notre publication sur les heures de sortie des blaireaux de leurs terriers*, voici un petit graphique qui montre, qu’en Lorraine au moins, une émergence des animaux avant le coucher du soleil  est loin d’être anecdotique au printemps et en été.
Ce graphique rassemble les données obtenues lors de 412 affûts sur 92 terriers de blaireaux situés en Lorraine, entre 2004 et 2019.
En moyenne, l’observation du premier blaireau a eu lieu à 20h33 (±00h37)  - min : 19h00, max : 22h20. Dans 73% des cas, les blaireaux sont sortis de leurs terriers avant l’heure de coucher du soleil. 62% des observations faites avant l’heure de coucher du soleil ont eu lieu plus de 30 minutes avant celui-ci, et 29% plus d’une heure avant.




* publication disponible à l’adresse suivante : https://blaireau-et-sauvage.org/docs/SZF145(4)BLAIREAU.pdf
Heure d’émergence des blaireaux européens de leurs terriers au cours de l’année en Meurthe-et-Moselle suivie par caméra-piège



05 mars 2021
1 adhésion = 1 calendrier offert

Il nous reste une petite poignée de calendriers 2021 BLAIREAU & SAUVAGE. Plutôt que de les mettre à la poubelle, nous les offrons pour toute adhésion familiale, bienfaiteur ou tout don supérieur ou égal à 20 € : www.blaireau-et-sauvage.org/soutenir.html



Dans la limite des stocks disponibles ;-)



03 mars 2021
RÉACTION !

La tuberculose bovine a été détectée dans plusieurs cheptels bovins du Calvados. Il n'en fallait pas plus pour que les chasseurs et certains éleveurs accusent, sans preuve, le Blaireau !
Il est bon de rappeler que :
- La France est considérée comme “indemne de tuberculose bovine” depuis 2001, ce qui veut dire que moins de 0,1% des élevages sont touchés par cette maladie. En 2020, ce sont 0,06% des troupeaux qui ont été touchés (soit 1 élevage sur 1666 !). Au milieu des années 1950, c’était 25% des élevages qui étaient touchés ! C'est donc une maladie rare.
- En France, contrairement par exemple au Royaume-Uni, le Blaireau ne constitue pas un réservoir de la maladie. Les rares blaireaux français porteurs de tuberculose bovine ont été trouvés à proximité d’exploitations bovines infectées. Ce sont les bovins qui ont contaminé les blaireaux, pas l'inverse. Les mesures mises en place par les services de l'Etat ont permis de ne pas laisser la maladie se propager chez la faune sauvage.
- D'autres espèces sauvages que le blaireau peuvent être touchées par la tuberculose bovine et notamment le Cerf et le Sanglier. D'ailleurs, au début des années 2000, ce sont ces deux espèces qui ont constitués un “réservoir” de la maladie en forêt de Brotonne (Normandie). Le blaireau n'était pas concerné. En Corse, des élevages sont aussi touchés par la maladie, alors qu'il n'y a pas de blaireau sur l'ile.
S'il ne faut pas négliger cette maladie et ses conséquences, c'est un sujet complexe et ce n'est certainement pas en tenant des raisonnements simplistes et en prenant le Blaireau comme Bouc émissaire que le problème de la tuberculose pourra être résolu !



15 février 2021
Nouvelle publication sur le blaireau

Nous venons de publier quelques données "inédites" sur les heures de sortie des blaireaux de leurs terriers au cours de l'année dans le Bulletin de la Société zoologique de France :
L’article complet peut être téléchargé à l'adresse suivante : https://blaireau-et-sauvage.org/docs/SZF145(4)BLAIREAU.pdf




Titre : Heure d’émergence des blaireaux européens de leurs terriers au cours de l’année en Meurthe-et-Moselle suivie par caméra-piège
Résumé : Les Blaireaux européens (Meles meles) sont généralement décrits comme des animaux nocturnes qui ne sortent de leurs terriers qu’à la nuit tombée ; des sorties avant le coucher du soleil pouvant éventuellement avoir lieu en été lorsque les nuits sont courtes. À cette période, l’heure d’émergence est alors souvent décrite comme corrélée au coucher du soleil.
Partant de constatations personnelles contradictoires avec cette description, nous avons étudié l’heure d’émergence des blaireaux en Lorraine en réalisant un suivi de 5 clans de blaireaux par « caméra-pièges ».
Cette étude montre que l’heure d’émergence du terrier est globalement stable au cours de l’année, même si elle peut être différente entre les clans. Aucune corrélation avec le coucher du soleil n’est trouvée. De plus, au printemps et en été, une émergence des blaireaux avant le coucher du soleil est très fréquente. De début mai à fin juillet, plus de 80% des sorties se font avant le crépuscule, et le sont quasiment toujours en juin. À cette période, celle-ci intervient plus de 30 minutes avant le coucher du soleil dans plus de la moitié des cas. Dans certains clans, l’heure d’émergence a même lieu régulièrement plus d’une heure avant le coucher du soleil.
Ces résultats diffèrent donc de la plupart des études, somme toute assez peu nombreuses et assez anciennes, ayant traité le sujet. Nous expliquons cela en partie par la méthode d’étude non-invasive qui n’entraîne pas de stress chez les blaireaux par rapport à des blaireaux capturés pour être équipés de colliers-émetteurs ou maintenus en captivité, mais surtout par l’absence de persécutions d’origine humaine depuis au moins 10-15 ans sur notre zone d’étude. Les blaireaux sont alors moins « craintifs » et n’attendent donc plus la « sécurité » de la nuit pour sortir de leurs terriers.



27 janvier 2021
Blaireautin

On vous partage aujourd'hui une petite vidéo d'animation bien sympathique dénichée sur youtube : https://www.youtube.com/watch?v=R5dg0MQtU1g



19 janvier 2021
Blaireaux & neige

Il a neigé, ces derniers jours, sur une partie de la France. Quelle conséquence sur les blaireaux ?
Quand il y a de la neige et qu’elle empêche l’accès à la nourriture, les blaireaux ne sortent qu’assez peu de leurs terriers, ou y restent même. Ils peuvent réduir leur activité, mais n’hibernent pas.
Dans le Nord de l’Europe et en Russie où la neige et le gel persiste plusieurs mois, les blaireaux vivent uniquement sur leurs réserves de graisse. Ils peuvent ainsi doubler leur poids à l’automne et atteindre 20 à 30 kg ! Au printemps, ils seront bien amaigris.
A l’inverse, dans le Sud de l’Europe où il n’y a pas de neige, les blaireaux ne prennent généralement pas de poids à l’automne.
En France, la prise de poids automnale est souvent réduite à quelques kilos au maximum.



04 janvier 2021
2021, c'est parti !


1234567891011
< Actualités plus anciennes | Actualités plus récentes >
Abonnez-vous à la newsletter :
Mentions légalesContact • Réalisation : Ocelis Création
background